30 mars, 2017

Les structures du Musée

Salles du Musée

a- La salle de préhistoire :

     La salle de la préhistoire contient une très importante collection d’objets tels que le silex taillé, les meules en pierre, les haches en calcaire qui révèlent l’existence de la civilisation humaine dans la région il y a plusieurs d’années.

   1- les fossiles :

       C’est collection qui a été dédiée à notre musée par un citoyen en 1992. Elle a été découverte à Hassi R’mel. Elle est constituée d’animaux invertébrés marins qui appartiennent à l’ère primaire (entre 570/500 millions d’années).

   2-la préhistoire :

       Cette exposition est représentée par deux collections découvertes dans deux sites différents : Ain-Hanech et Mezloug.

   Ain Hanech :

       Ce gisement est situé à environ 7 km de la ville d’Eulma découvert par le professeur C. Arombourg en 1947 au cours de ses recherches paléontologique. Le site a été classé comme appartenant à la culture Olduwayenne en référence à Olduway en Tanzanie.

         Il nous a livré une collection de galets aménagés – culture pré acheuléenne. La datation du site est estimée 1.75 et 1.95 millions d’années avant JC (paléolithique inférieur).

    Mezloug :

       Ce gisement est situé à 11 km au sud de Sétif. Il a été découvert en 1927 parM. Buisson. Ce site nous a livré une industrie lithique tels que des grattoirs, des lames, ainsi que quelques pièces en os travaillé. Ce matériel a été étudié par P. Massierra et R. Vauffrey qui l’ont identifié comme appartenant aux cultures de l’épipaléolithique. La datation du site se situe entre 7500 et 5000 ans avant JC.

b- La salle Antique

       La deuxième salle contient la plus grande et la plus riche collection du musée issue de deux compagnes de fouilles effectuées à Sétif entre 1959/ 1966 et 1977/1984. Ces recherches ont révélé un nombre considérable d’objet archéologiques tels que : la céramique (lampes, assiettes, cruches, jarres…) la pierre (stèles funéraires et votives, colonnes, chapiteaux…), le bronze, le fer (crochets, faucilles…).

La nécropole orientale :

       Elle s’étend sur une longueur de 1 km en allant du nord au sud. Les fouilles effectuées dans ce site ont mis à jour 800 tombes à inhumation et à incinération, toutes fouillées est dégagées selon des méthodes archéologiques. Il est à noter que la majorité des objets (mobilier funéraire) exposé dans cette salle, vient de la Nécropole orientale.

Le quartier du temple :

Il fut découvert vers la partie nord-ouest de la citadelle byzantine. Ce site livra une mosaïque monumentale : le retour triomphal de Bacchus ; elle fut dégagée en 1971.

La salle Islamique

La salle islamique constitue le troisième arrêt du circuit du visiteur du musée avec une collection très variée en céramique Fatimide et Hammadite, poterie à décor géométrique et floral, panneaux en marbre sculpté à décor calligraphique, stucs peints de différentes couleurs…

Ces collections sont le résultat d’une série de fouilles dans le quartier de la citadelle byzantine, fouilles effectuées entre 1977 et 1984 ainsi que le résultat d’une découverte à la Kalaa de Béni-Hammad à M’sila en 1968.

La salle numismatique :

La salle de numismatique, symétrique dans son emplacement à la salle de la préhistoire, contient une riche collection de monnaies en bronze et en argent appartenant aux périodes numides et roumaines ; une collection dominées beaucoup plus par des deniers que par des sesterces où sont frappées les Effigiés de divers sois numides tels que Massinissa, Micipsa et des empereurs roumains tels que Constantin I le Grand et bien d’autre encore.

Le plus attrayant dans la salle des monnaies est la collection des monnaies est la collection des monnaies musulmanes en or et en argent, de dinars, dirhams et soltani appartenant aux époques mowahidite et ottomane.

La salle de Mosaïque

Un lieu particulièrement intéressant, situé au rez de chaussée, après l’entrée du musée, c’est bien la salle de mosaïque romaine : des panneaux de mosaïque dotée d ‘une riche collection de mosaïque romaine : des de mosaïque à décors épigraphiques et d’autres à décor géométrique, floral et animal reflétant des scènes mythologiques.

Le visiteur du musée est toujours impressionné par les merveilleux panneaux représentant le retour triomphal du dieu romain Bacchus (dieu du vin et de la vigne) de son périple légendaire en Inde et la toilette de Venus (déesse de la beauté) entourée par ses amours, deux monstres marins la portant sur un coquillage.

Toute ces mosaïques ont été découvertes lors de plusieurs fouilles systématiques effectuées dans la ville antique de Sitifis entre 1959 et 1966, mis à part celle de Bacchus découverte fortuitement dans le temple en 1965 et dégagée en 1971.

Vitrine de l’art traditionnel:

     Au premier étage du musée se trouve une exposition d’art traditionnel composée de plusieurs objets en portée à décor berbère (jarres à deux anses à décor calligraphique, floral et géométrique, bonbonnières, assiettes…).

     Tous ces objets sont exposés sur des supports dans des vitrines murales se forment des niches confinées, et pendant aux normes internationales de conservation.